Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Les articles (7)

Voici les articles du fascicule n°2 du tome CXII de la Revue Thomiste (publiés en 2012).

Informations supplémentaires

  • Résumé

    Abū Ḥāmid al-Ġazālī (m. 1111) est considéré par les orientalistes comme « le saint Thomas d’Aquin de l’islam » (G. C. Anawati). Surnommé Ḥuğğat al-islām, la preuve de l’islam, il est une autorité incontestée dont tous les courants musulmans contemporains se revendiquent, qu’il s’agisse du théoricien fondamentaliste Rašīd Riḍā (1865-1935) ou du penseur historien Abdelmajid Charfi, à l’exception des salafistes. La célébration du neuvième centenaire de sa mort a été l’occasion de nombreux colloques et publications. Notre Bulletin rendra compte des ouvrages publiés ces dix dernières années autour d’al-Ġazālī ainsi que de la publication de traductions ou d’éditions critiques. Par là même, nous soulignerons la richesse d’une pensée qui n’est pas sans nuances.

  • Extrait

    L’émergence de nouveaux courants de pensée au XIXe siècle — chacun revendiquant le monopole de l’interprétation légitime — s’est accompagnée de l’effacement progressif du penseur le plus représentatif de l’islam sunnite : Abū Ḥāmid Muḥammad al-Ġazālī (m. 1111). L’essor à l’époque contemporaine d’un islam fondamentaliste et sectaire, issu de la mouvance wahhabite, a renforcé le déclin de l’influence du maître. Faut-il percevoir dans l’oubli de sa pensée le retour de courants qu’al-Ġazālī avait cherchés en son temps à éradiquer ? Comme le remarque Mohamed Nabil Nofal, dans un contexte politique agité où fleurissait le prosélytisme des écoles philosophiques, des théologies (kalām) fermées anathémisant l’adversaire (takfīr) et des sectes ésotériques, al-Ġazālī s’était en effet efforcé de clarifier le débat et de répondre à ses détracteurs.

  • Page de début 347
  • Page de fin 374
  • Catégorie Bulletin
  • Sous-titre Chronique al-Gazālī pour le neuf-centième anniversaire de sa mort
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    La rupture du régime de coopération entre l’Église et les puissances civiles marque la fin de l’ère de chrétienté. Après l’élaboration empirique, au long du XIXe et surtout du XXe siècle, d’un nouveau type de relations, l’Église élabore aujourd’hui, sur les fondements du concile Vatican II, une véritable doctrine catholique du politique. Elle est, pour l’instant, principalement l’œuvre du magistère pontifical.

  • Extrait

    La Révélation chrétienne n’offre pas de conception du politique, et aucune doctrine explicite n’en découle directement. Il faut relever que, si l’Église comme cité de Dieu de la Nouvelle Alliance naît il y a deux mille ans du sacrifice pascal du Christ, son statut au sein des cités terrestres et les relations qu’elle doit nouer avec elles n’est quasiment pas précisé. La seule parole de Jésus qui se rapporte directement à la question : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt 22, 21) a fait l’objet d’interprétations fort différentes dans la Tradition.

  • Page de début 317
  • Page de fin 346
  • Catégorie Article
  • Sous-titre La doctrine catholique du politique
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    D’intention premièrement doctrinale, cet article se veut fidèle à l’évolution de la pensée de saint Thomas. Il montre que l’analogie de proportion prime, sans l’exclure, sur l’analogie de proportionnalité dans notre intelligence de l’étant comme habens esse. En mettant l’accent sur la diversité des étants, l’analogie de proportion manifeste que l’analogie de l’être est plus proche de l’équivocité que de l’univocité. Avant même de trouver son fondement ultime dans une approche de théologie rationnelle, elle s’enracine dans la divisio unius ab altero qui nous permet de nommer l’ens selon une priorité réciproque : l’un n’étant pas l’autre, on ne peut concevoir l’un sans la négation de l’autre.

  • Extrait

    Ces quelques remarques sur une question centrale de la métaphysique thomiste — il faut le préciser d’entrée — n’ont pas la prétention de traiter intégralement le sujet, encore moins d’en renouveler foncièrement les perspectives. Elles ne sont pas le fruit d’une étude historico-critique sur l’évolution de la pensée thomasienne, ni sur les diverses positions adoptées par ses disciples jusqu’aujourd’hui, même si je me réfère à certains d’entre eux et si je m’appuie particulièrement sur les travaux des P. Bernard Montagnes et Jean-Hervé Nicolas.

  • Page de début 243
  • Page de fin 288
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    En complément d’une étude antérieure, l’auteur propose un commentaire doctrinal de la IIIa, q. 7 sur la grâce du Christ. L’étude aborde plusieurs points : 1) l’héritage augustinien de la théologie thomasienne de la grâce du Christ; 2) la nature et la diversité de la grâce dans laquelle elle s’inscrit. Le rapport de la grâce gratium faciens et de la grâce gratis data est ainsi précisé. 3) Pour les trois grâces (grâce d’union, grâce habituelle et grâce capitale) leur lien de causalité et de consécution sont analysés. Ici quelques commentateurs sont mis à contribution ; leur apport n’est pas négligeable. 4) Il convient en même temps d’éclairer la signification et les implications de la grâce dans l’âme humaine de Jésus : sanctification, sainteté, plénitude et perfection. Cette étude constitue en fait un ensemble de notes sur la grâce du Christ qui devraient trouver un prolongement à propos de la plénitude de grâce de la Vierge Marie et sur la grâce dans l’Église.

  • Extrait

    Dans une étude de christologie, nous avions analysé l’état de la théologie de la grâce du Christ chez divers auteurs de la tradition thomiste contemporaine. L’étude du chap. 214 du Compendium theologiae et de la q. 29 du De veritate nous a incité à apporter quelques précisions utiles. L’objet de cette note doctrinale est d’expliquer la priorité et la prééminence (selon l’ordre des raisons) de la grâce d’union selon le schème thomasien des trois grâces.

  • Page de début 289
  • Page de fin 316
  • Catégorie Article
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Page de début 233
  • Page de fin 240
  • Catégorie Article

Informations supplémentaires

  • Page de début 241
  • Page de fin 242
  • Catégorie Couverture

Informations supplémentaires

  • Page de début 375
  • Page de fin 416
  • Catégorie Recensions