Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Les articles (8)

Voici les articles du fascicule n°1 du tome CXV de la Revue Thomiste (publiés en 2015).

Informations supplémentaires

  • Résumé

    Le traitement maritainien de la question de l’attribution de la miséricorde en Dieu accorde une place de premier ordre à l’intuition. Celle-ci vient, en effet, comme «stimuler ou activer» la théologie dogmatique pour lui donner de progresser dans l’intelligence de la foi. J. Maritain et dans son sillage Ch. Journet, forts de l’expérience des mystiques et des poètes, iront jusqu’à affirmer le mystère d’une coexistence de la souffrance et de la Béatitude en Dieu. Cette étude se donne pour propos de relever dans l’œuvre de J. Maritain et Ch. Journet les grandes lignes d’une doctrine, originale en contexte thomiste, qui articule sagesse théologique et sagesse mystique.

  • Extrait

    Peu de temps avant la mort de Jacques Maritain, le cardinal Charles Journet signait dans la revue The New Scholasticism (1972) un hommage à son ami sous le titre « Jacques Maritain “théologien” ». Il y fait l’éloge de celui qui, tout en ne cessant de se dire philosophe, a su porter un regard «exigeant» sur des questions proprement théologiques au point d’en découvrir «des richesses encore inexplorées» : «J. Maritain a touché aux problèmes les plus profonds et les plus mystérieux de la vie chrétienne et de la théologie. Et chaque fois non seulement pour prendre acte des réponses apportées par les théologiens et laisser toutes choses en place, mais pour aller plus avant et manifester davantage les principes de vérité qu’elles recelaient. Et cependant ce "théologien" si clairvoyant ne veut pas être rangé parmi "ses amis les théologiens". Il a raison et il sait pourquoi. La puissance de son regard est avant tout celle de l’intuition »C’est donc au moyen de l’intuition que J. Maritain a fait œuvre de théologien. Cette intuition, précise Ch. Journet, s’est exercée sur deux plans : «Celui d’abord de la foi amoureuse et contemplative» et ensuite celui «de la métaphysique».

  • Page de début 45
  • Page de fin 63
  • Catégorie Article
€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    Jacques Maritain n’a cessé, sa vie durant, de scruter le mystère de l’Église. L’une des questions qu’il rencontre est celle de la personnalité de l’Église, véhiculée par la Tradition depuis des siècles sans avoir jamais été définie ni analysée. Parmi les philosophes et les théologiens contemporains, il est le seul qui se soit risqué à élaborer une véritable métaphysique d'une entité collective, en se servant des analyses thomasiennes de l’être et de ses développements cajetaniens. Il est ainsi conduit à reconnaître une «subsistance surnaturelle» de la personne Église, qui lui permet de la distinguer de ceux qui la composent, sans l’en séparer.

  • Extrait

    Chacun sait que Jacques Maritain, pour philosophe qu’il fût, s’est de tout temps passionné pour le mystère de l’Église. Alors qu’il s’en remettait d’ordinaire, en matière théologique, à son ami Charles Journet, l’Église et son mystère sont un domaine où il n’a pas hésité à prendre l’initiative. En témoignent, aux deux extrémités de sa vie, la publication posthume, en 1918, du livre du P. Clérissac, Le Mystère de l’Église, qu’il assortit d’une préface et, plus de cinquante ans après, le dernier ouvrage publié de son vivant, en 1970 : De l’Église du Christ, la personne de l’Église et son personnel, où il reprend en les développant les vues déjà avancées dans son ouvrage précédent, en 1966 : Le Paysan de la Garonne. Il n’est pas excessif de dire que le mystère de l’Église a habité l’esprit de Maritain tout au long de sa vie. Ce sont d’ailleurs ses propres mots, puisqu’il se présente en exorde comme « un vieux philosophe chrétien dont depuis soixante ans le mystère de l’Église occupe la pensée ».

  • Page de début 83
  • Page de fin 100
  • Catégorie Article
€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)
€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    La réflexion théologique sur le sacrifice de la messe a longtemps occupé les réflexions croisées de Jacques Maritain et de Charles Journet, l’un et l’autre s’encourageant et se répondant alternativement, non sans interrogations réciproques, sur plus de quarante ans de correspondance, mais où l’ascendant du philosophe de Meudon sur le théologien se manifeste de plus en plus, le conduisant fermement, non sans quelques résistances, là où il aboutit dans son ultime proposition dont le théologien, devenu entretemps cardinal, se fera le défenseur. La messe est le moment sacramentel par lequel Dieu, par un acte de sa toute-puissance, rend présent dans le temps, postérieur à la croix et dans l’Église, l’événement rédempteur du Vendredi Saint. Après l’étude de sa genèse, cet article propose une analyse de la réception de la formulation maritainienne de la théologie du sacrifice de la messe (1965-1968), et procède ensuite à une évaluation critique, au regard de ses sources thomasiennes et du magistère récent depuis Pie XII.

  • Extrait

    Le point de départ des théories sur le sacrifice eucharistique réside dans l’affirmation de la foi catholique, répercutée par le Catéchisme de l’Église catholique (n° 1364, citant Lumen gentium, n° 3) : «Toutes les fois que le sacrifice de la Croix par lequel le Christ notre Pâque a été immolé [cf. 1 Co 5, 7] se célèbre sur l’autel, l’œuvre de notre rédemption s’opère.» À cette affirmation fait écho la vénérable prière sur les offrandes du Jeudi saint : «Seigneur accorde-nous la grâce de vraiment participer à cette eucharistie ; car chaque fois qu’est célébré ce sacrifice en mémorial (quoties hostiae commemoratur) c’est l’œuvre de notre Rédemption qui s’accomplit (opus nostrae redemptionis exercetur)» ; ou encore, selon une traduction plus exacte : «Accordez-nous Seigneur de participer dignement aux saints mystères ; car chaque fois que nous y célébrons le mémorial du sacrifice du Christ, c’est l’œuvre de notre rédemption qui s’accomplit.»

  • Page de début 101
  • Page de fin 147
  • Catégorie Article
  • Sous-titre Genèse, formalisation, réception et évaluation
€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

  • Extrait

  • Page de début 21
  • Page de fin 43
  • Catégorie Article
€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

    Même si Maritain est connu avant tout comme philosophe et s’il s’est seulement considéré lui-même comme un « philosophe chrétien », l’histoire de l’Église au XXe siècle montre que, par sa foi toujours en quête d’intelligence, il a apporté d’importantes contributions à la théologie dans bien des domaines : de la théologie du politique à la théologie du mystère d’Israël. Cet article les présente dans l’unité de leur inspiration qui consiste en un souci d’articuler leur spécification objective avec l’exercice du sujet qui en vit dans son devenir libre et historique.

  • Extrait

    Comme les titres des conférences de ce colloque le montrent, les apports de Jacques Maritain à la théologie ont été multiples, car il s’est intéressé à de nombreux domaines de l’intelligence de la foi et y a apporté des contributions notables. Je voudrais m’attacher ici tout d’abord à dégager le fil conducteur des recherches de Maritain dans le domaine théologique. Ce philosophe chrétien a été avant tout un grand vivant et un très grand croyant. On est frappé avant tout par l’intensité de la vitalité, et même de la passion, avec laquelle Maritain s’est toujours engagé dans tout ce qui concernait la foi et la vie avec Dieu. À partir du moment où, converti avec sa femme Raïssa, ils ont donné leur vie à Dieu, ils ont été littéralement happés par la vie de la foi. C’est le dynamisme de la foi qui est le moteur de l’intérêt de Maritain pour de grandes questions théologiques. Cela nous rappelle, s’il en était besoin, que la théologie dépend totalement de la foi, qu’elle s’efforce de comprendre par l’intelligence. La foi de Maritain était très intense et, autant qu’on puisse le dire, c’était une foi formée, c’est-à-dire une foi finalisée et mue par cet amour surnaturel de Dieu qu’est la charité. À cause de cela, une telle foi ne se contente pas de ce que l’on peut énoncer sur Dieu et ses mystères de la manière la moins imparfaite, mais elle tend vers la réalité même du Dieu vivant.

  • Page de début 7
  • Page de fin 19
  • Catégorie Article
€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Informations supplémentaires

  • Résumé

  • Extrait

  • Page de début 1
  • Page de fin 4
  • Catégorie Page de garde

Informations supplémentaires

  • Page de début 149
  • Page de fin 176
  • Catégorie Article