Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La collection BRT > LOTTIN Odon
samedi, 31 décembre 2005 13:00

L’unité d’être dans le Christ selon les premiers disciples de saint Thomas : le XIIIe siècle

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Les premiers thomistes dominicains, Annibald degli Annibaldeschi (qui s’inspire surtout de Pierre de Tarentaise), Bernard de Trilia, Robert d’Orford (ou de Colletorto), suivent de près, quant au fond, la position de saint Thomas sur l’unité d’être dans le Christ. Cependant leur vocabulaire suggère déjà des influences extra-thomistes. Avec l’augustin Gilles de Rome, le problème s’inscrit dans le contexte nouveau du débat sur la distinction réelle entre essence et existence : l’esse de la nature humaine est suppléé par l’esse divin, ce qui constitue le premier exemple d’une explication qui aboutira à la thèse de l’extase de l’être.

  • Extrait:

    En consacrant à l’unité d’être dans le Christ l’un de ses commentaires les plus développés, les plus vigoureux et les plus fouillés, Cajetan a marqué pour quatre siècles l’interprétation classique de la question. C’est cependant dès la fin du XIIIe siècle que les premiers disciples de saint Thomas, pour la plupart auditeurs de l’Aquinate, devenus maîtres à leur tour, se trouvèrent confrontés à l’opposition d’adversaires renommés, ou aux explications d’autres thomistes, qu’ils jugeaient erronées sur ce problème subtil : faut-il attribuer au Christ, unique personne divine subsistant en deux natures, un seul esse, ou deux ? Quelle solution ces premiers interprètes lui ont-ils apportée ? Leurs positions correspondentelles à la pensée de saint Thomas, la prolongent-elles ? S’accordent-elles entre elles, et se trouvent-elles en continuité avec les grands commentaires de la fin du Moyen âge et des siècles classiques ? Seule une patiente analyse des textes majeurs, dans le contexte du débat de l’époque, nous permettra de tenter de répondre à ces questions. Nous nous limiterons dans le présent article à quatre auteurs du xiiie siècle : trois dominicains, qui s’inspirent directement de saint Thomas, et un augustin, Gilles de Rome, qui s’écarte notablement de la pensée du Docteur angélique, tout en exerçant sur les disciples de ce dernier une influence considérable.

  • Page de début: 227
  • Page de fin: 272
  • Catégorie: Article
Lu 909 fois
DELOFFRE Marie-Hélène

Sr Marie-Hélène Deloffre, médiéviste de formation, enseigne la théologie à l’Abbaye Saint-Michel de Kergonan (Congrégation de Solesmes). Elle a publié récemment une édition de la Question disputée De unione verbi incarnati de saint Thomas (Paris, Vrin, 2000).

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.