Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2016 - Tome CXVI > 2016 - Fascicule n°2 > Les articles > L’eschatologie peut-elle éclairer la protologie ? Du paradis céleste au paradis terrestre
lundi, 31 décembre 2007 13:00

Le thomisme au secours du jansénisme dans la querelle de la grâce : Vrais et faux thomistes au temps de la bulle Unigenitus (1713)

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Le présent article tente d’analyser les rapports doctrinaux entre thomisme et jansénisme dans la querelle de la grâce au temps de la fulmination de la bulle Unigenitus (1713) à partir de la polémique à laquelle a donné lieu le Traité de l’action de Dieu sur les créatures du janséniste François-Laurent Boursier. En proposant une interprétation strictement thomiste des positions augustiniennes, Boursier provoque l’irritation du parti moliniste, qui, en retour, accuse le Traité de l’action de Dieu de colporter athéisme et spinozisme. 

  • Extrait:

    À l’apogée de la querelle séculaire autour des litigieux rapports entre le libre arbitre et la grâce divine, la fulmination de la bulle Unigenitus par le pape Clément XI le 8 septembre 1713 conclut, en un assourdissant point d’orgue, le long crescendo des tensions qui ont opposé au sein de la catholicité la curie romaine et ses orthodoxes thuriféraires aux disciples prétendument augustiniens de Jansénius. En condamnant — dans le droit fil de la proscription déjà intimée par le bref Universi dominici gregis du 13 juillet 1708 — cent une propositions tirées des Réflexions morales de l’oratorien Pasquier Quesnel (1634-1719), ouvrage dont la doctrine était d’inspiration clairement janséniste, la papauté signifiait une ultime fin de non-recevoir aux partisans du défunt évêque d’Ypres, après l’interminable séquelle des interdictions successives de l’Augustinus. L’énorme effort polémique consenti par les tenants du jansénisme s’affrontait désormais à une éclatante et retentissante proscription pour hérésie qui reléguait au second plan les précédentes mises au ban de la communauté ecclésiale.

  • Page de début: 375
  • Page de fin: 418
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: Vrais et faux thomistes au temps de la bulle Unigenitus (1713)
Lu 1130 fois
DE FRANCESCHI Sylvio Hermann

Né en 1972, ancien élève de l’École nationale des chartes, agrégé et docteur habilité à diriger des recherches en histoire moderne, ancien membre de l’École française  de  Rome,  Sylvio Hermann De Franceschi est directeur d’études à la Ve section (Sciences religieuses) de l’École Pratique des Hautes Études (PSL Research University) et directeur du Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584). Il a notamment publié La Crise théologico-politique du premier âge baroque. Antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627) (Rome, 2009) ; La Puissance et la Gloire. L’orthodoxie thomiste au péril du jansénisme (1663-1724) : le zénith français de la querelle de la grâce (Paris, Nolin, 2011) ;et Les Intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront (Paris, Editions de l'EHESS, 2014).

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.