Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > Les publications périodiques > WEBER Édouard-Henri
vendredi, 31 décembre 2010 13:00

La réconciliation de l’homme avec Dieu

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Son interprétation théologique selon saint Thomas

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    La réconciliation signifie un changement de disposition, une pacification entre adversaires qui redeviennent amis. Elle est, à ce titre, une expression métaphorique majeure du mystère du salut utilisée par l’Écriture. L’amour réconciliateur du Père envers les pécheurs s’exprime par le don total du Fils. Aussi ce mystère a-t-il retenu l’attention de saint Thomas, dont le travail fait corps avec une tradition théologique, représentée par Augustin et Pierre Lombard. Thomas aborde ce thème dans ses traités, l’Écrit sur les Sentences et la Somme de théologie et dans ses commentaires des lettres pauliniennes, offrant ainsi deux types de traitement d’une même question. Mais en tant que dimension du salut, la réconciliation se relie à d’autres aspects, comme la satisfaction et la libération. Elle est l’effet de la Passion, inséparable de la Résurrection et trouve son origine dernière dans la Trinité. Elle est un mystère divin qui s’atteste ici-bas dans une exigence et une mission réconciliatrices entre les hommes.

  • Extrait:

    La réconciliation de l’homme avec Dieu définit un aspect du mystère du salut dont la profondeur déborde toute expression unique et univoque. Pour formuler ce mystère, l’Écriture recourt en effet à plusieurs métaphores ou catégories de pensée, empruntées à des types d’expérience humaine variés, qui se complètent mutuellement pour suggérer, par analogie, une réalité qui les dépasse, car elle se projette dans l’ordre eschatologique. Parmi les registres qui sont sollicités, la notion de salut est particulièrement expressive parce qu’elle s’oppose à la perdition et engage ainsi l’existence de la personne au-delà de ses limites temporelles. Lui est très proche, bien qu’elle s’en distingue par sa connotation juridique et sociale, celle du rachat ou de l’affranchissement d’un esclave par exemple, employée métaphoriquement pour exprimer la libération du péché. La réconciliation, qui retiendra notre attention, relève du registre moral ; au plan humain, elle suppose le rétablissement, l’assainissement des relations entre les personnes ou les groupes humains, détériorées ou rompues par la contagion de l’inimitié et le recours à la violence.

  • Page de début: 615
  • Page de fin: 666
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: Son interprétation théologique selon saint Thomas
Lu 969 fois
RÉMY Gérard

Gérard Remy, prêtre du diocèse de Metz, est professeur émérite de l’Université de Metz, où il a enseigné la théologie dogmatique pendant trente ans. Ses activités de recherche se sont portées sur la christologie avec une thèse de doctorat d’État sur le Christ médiateur chez Augustin, thème qu’il a également exploré chez les Pères grecs et saint Thomas. Il s’est intéressé à des questions sotériologiques comme la déréliction et la substitution, ou encore le thème de la violence et de la rançon versée au démon. Il vient de publier L’Énigme du mal et l’espérance chrétienne (Paris, Mediaspaul, 2012).

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.