Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 1939 - Tome XLV > 1939 - Fascicule n°3 > Les articles > Pages de couverture du fascicule n° 3 de l'année 1939
vendredi, 31 décembre 2010 13:00

La Parole de Dieu comme Révélation

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    L’affirmation de Dei Verbum selon laquelle la Tradition précède l’Écriture exige que l’on distingue nettement entre , la Tradition en tant qu’elle constitue le dépôt de la foi sous le régime de l’inspiration de l’Esprit ; , la Tradition en tant qu’elle explicite le dépôt sous l’assistance de l’Esprit à l’Église. Plus radicalement, la Tradition ne constitue pas le dépôt (et encore moins ne l’explicite) par le simple jeu des divers conditionnements (historiques, culturels, linguistiques, littéraires, etc.) que les disciplines bibliques étudient. Les conditionnement jouent sur les modalités mais ne donnent pas (encore moins ne créent) l’objet qui spécifie la Parole de manière déterminante et qui, lui, est la Révélation. Pour clarifier cette délicate question, les distinctions que pose saint Thomas entre le charisme de prophétie et la vertu théologale de foi d’une part, les charismes de prophétie et de formulation de la Parole (charisma sermonis) d’autre part, s’avèrent particulièrement éclairantes.

  • Extrait:

    Notre réflexion part d’un article du cardinal Albert Vanhoye sur « la réception dans l’Église de la constitution dogmatique Dei Verbum ». Ce texte, en lui-même excellent, soulève des questions qui obligent le théologien à réfléchir à des problèmes qui se posent encore aujourd’hui à l’Église. Ceux-ci tournent autour d’un questionnement portant sur l’affirmation fondamentale de ce texte : « La Tradition englobe l’Écriture. » Le cardinal explicite cela en disant que « la définition conciliaire [Dei Verbum] conduit à inverser les rapports entre texte écrit et message oral ». En effet — faut-il le rappeler ? — en refusant la problématique des « deux sources » (Écriture et Tradition) de la Révélation, la constitution conciliaire n’a pas du tout voulu laisser entendre que la source unique serait l’Écriture. Si cela avait été le cas, le Concile aurait rejoint la perspective du protestantisme dans sa version fondamentaliste. Ce qu’il a dit, c’est que l’Écriture et la Tradition sont deux modes connexes de transmission de la Parole de Dieu, et qu’ils sont eux-mêmes intimement interconnectés avec un troisième mode qui est le Magistère ecclésial. Cet acquis, que personne ne remet en doute aujourd’hui dans l’Église catholique, est lumineusement rappelé dans le texte du cardinal.

  • Page de début: 463
  • Page de fin: 492
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: Questions bibliques en théologie fondamentale
Lu 1135 fois
GARRIGUES Jean-Miguel

Le  fr. Jean-Miguel Garrigues est dominicain du couvent de Toulouse. Il  est l’auteur de nombreux ouvrages et articles. Il enseigne la théologie au Studium des dominicains à Toulouse et dans plusieurs centres de formation religieuse et sacerdotale. Dernière publication, la réédition revue et complétée de Dieu sans idée du mal (Paris, Ad Solem, 2016).

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.