Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 1946 - Tome XLVI > Les articles > Le droit naturel et le droit positif de la société politique.
vendredi, 31 décembre 2010 13:00

De certains présupposés philosophiques aux choix herméneutiques

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Depuis Heidegger et Gadamer, l’herméneutique, cette discipline qui met en lumière les règles de l’interprétation, a eu tendance à s’ériger en philosophie première : une sorte de prisme au travers duquel doit être lu et interprété chaque texte, sinon tout événement. Cette prétention constitue un tournant majeur, qui a eu pour conséquence d’influencer directement les diverses sciences interprétatives particulières, en théologie, en droit, en philosophie ou en littérature. Le présent article met en lumière quatre présupposés de ce tournant, à commencer par la prise de congé kantienne de l’être pour le phénomène. C’est d’ailleurs pourquoi l’herméneutique se présente volontiers comme une discipline de la raison pratique, plutôt que théorique. La mise en lumière de ces non-dits philosophiques propres à l’herméneutique contemporaine peut aider à lui redonner sa juste place, en l’enracinant dans une métaphysique, et en lui permettant de jouer son rôle utile dans la clarification des structures de nos expressions et de notre pensée.

  • Extrait:

    L’herméneutique est une technique, un savoir-faire, une discipline pratique (technè) édictant les règles qui président à l’interprétation. Jusqu’au XIXe siècle, elle est conçue comme un art rigoureux de la manière dont on interprète les textes. C’est pourquoi, durant des siècles, l’herméneutique s’est confinée aux disciplines interprétatives que sont l’exégèse, la philologie, le droit et l’histoire. Que se passe-t-il aux XIXe et XXe siècles ? Certains esprits critiques soulignent que la philosophie continentale, passablement désillusionnée sur ses capacités de renouvellement, n’aurait plus guère d’autre mission que d’interpréter les textes de sa propre tradition, dans une sorte de « retour narcissique » sur sa propre production. La philosophie serait devenue herméneutique de part en part, les philosophes disparaissant au profit des seuls historiens de la philosophie.

  • Page de début: 307
  • Page de fin: 324
  • Catégorie: Article
Lu 1176 fois
PUTALLAZ François-Xavier

François-Xavier Putallaz enseigne la philosophie à l’Université de Fribourg et à Sion. Professeur invité aux Universités de Genève, Lausanne et à l’EPHE de Paris. Directeur de collection aux éditions du Cerf à Paris et à Academic Press Fribourg. Parmi ses ouvrages: Le sens de la réflexion chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1991; La connaissance de soi au XIIIe siècle. De Matthieu d’Aquasparta à Thierry de Freiberg, Paris, Vrin, 1991; Insolente liberté. Controverses et condamnations au XIIIe siècle, Paris-Fribourg, 1995; Figures franciscaines. De Bonaventure à Duns Scot, Paris, Cerf, 1997; (avec Michel Salamolard): Le sens de l’homme, au coeur de la bioéthique, Saint-Augustin, Saint-Maurice, 2006; (avec Bernard Schumacher): L’humain et la personne, Paris, Cerf, 2008.

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.