Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
mercredi, 31 décembre 2014 13:00

Enjeu et portée du commentaire sur le traité des lois de Thomas d'Aquin par Francisco de Vitoria

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Enjeu et portée du commentaire sur le traité des lois de Thomas d'Aquin par Francisco de VitoriaArticle écrit en l'année 2014 par G. Demelemestre dans la Revue thomiste n° CXIV, pages 417-454.

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Le présent article reprend les termes d'un débat très vif, au XVIe siècle, sur la nature et la fonction de la loi. Il s'est engagé à la faveur d'une omniprésence quasi systématique, et de plus en plus récurrente, de la référence à la volonté lorsque l'acte législatif était défini. le geste souverain, essentiellement décisionnaire, voilait cependant un autre sens de la loi, qui avait été progressivement occulté, à savoir sa capacité à ordonner le réel. Après un rappel des différentes inflexions survenues dans la définition de la loi après sa formalisation par Thomas d'Aquin comme pouvoir d'ordonnancement et force contraignante, on se propose d'expliciter les enjeux soulevés par ce débat. On utilisera pour ce faire un texte majeur de Francisco Vitoria, le De lege, qui permet de rendre très précisément compte des différents arguments avancés de part et d'autre pour défendre le volontarisme souverain ou accorder plus d'importance au pouvoir créateur de la loi.

  • Extrait:

    La modernité s’ouvre avec une profonde transformation des différents outils conceptuels utilisés jusqu’alors pour traduire le rapport de l’homme à ses semblables et au monde qui l’entoure. La notion de loi fait partie des notions qui allaient subir une grande inflexion. Dans la lignée de l’esprit thomasien, la loi avait pour fonction essentielle de restaurer entre les choses les rapports que la contingence du réel leur avait fait perdre. Elle avait certes aussi la fonction de sanctionner, mais sa vertu première était d’ordonner les parties de la société humaine. Le courant nominaliste avait très tôt questionné la capacité de la loi à renvoyer à une signification plus fondamentale du réel que ce que pourrait en comprendre l’homme. En faisant primer la volonté sur l’intellect pour traduire l’essence de la loi, il la faisait progresser vers le sens que la modernité lui retiendra, à savoir d’être le signe d’une volonté qui s’impose parce que voulue comme telle par celui qui détient le pouvoir de légiférer.

  • Page de début: 417
  • Page de fin: 454
  • Catégorie: Article
Lu 1025 fois
DEMELEMESTRE Gaëlle

Professeur agrégé et docteur en philosophie, Gaëlle Demelemestre est chercheur associé à l'IHPC (CNRS/ENS). Elle est notamment l'auteur des Deux souverainetés et leur destin, Le tournant Bodin-Althusius (Paris, Cerf, 2011) et de Introduction à la Politica methodice digesta de Johannes Althusius, Extraits traduits et commentés (Cerf 2012).

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.