Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2016 - Tome CXVI > 2016 - Fascicule n°1 > Les articles > L’âme séparée : le paradoxe de l'anthropologie thomiste
mercredi, 31 décembre 2014 13:00

Politique et métaphysique selon Thomas d’Aquin

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
[Article écrit en 2014] Article écrit en l'année 2014 par dans la Revue thomiste n° CXIV, pages 179-196.

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Le début du XXe siècle a parfois voulu faire de Thomas d’Aquin un monarchiste. Pour y parvenir, on a lu le traité De regno comme s’il s’agissait d’un livre de métaphysique, où l’on se plaisait à souligner des phrases comme celle-ci : «Que le roi connaisse donc qu’il a reçu cet office, afin d’être dans son royaume comme l’âme dans le corps, et comme Dieu dans le monde.» C’était tomber dans le travers de beaucoup de métaphysiciens, autant dire de philosophes, qui pensent pouvoir déduire une politique à partir des principes métaphysiques. C’était surtout négliger l’insistance que met Thomas d’Aquin à ne pas confondre l’ordre métaphysique et celui de la politique, qui est d’ordre pratique. À titre de science morale, non homogène à la métaphysique et irréductible à une habileté technique, la politique doit tenir compte des multiples circonstances variables et contingentes. La présente étude se veut une claire mise au point de la relation entre politique et métaphysique, telle que l’envisage Thomas d’Aquin dans les prologues à ses Commentaires de l’Éthique et de la Politique. Il en ressort une image nuancée et équilibrée.

  • Extrait:

    Deux ouvrages récents consacrés à Thomas d’Aquin, l’un en 2011 intitulé Droit, politique et métaphysique, l’autre portant sur la Situation de la politique dans la pensée de St Thomas d’Aquin, soulignent combien la relation entre métaphysique et politique s’avère très complexe. Mais il suffit parfois de lire les textes eux-mêmes pour que la brume se dissipe et constater que ce qu’on prenait pour de la complexité n’est peut-être qu’inutile complication dont on pourrait se passer. En fait, la question du rapport entre la politique et la métaphysique est d’ordre épistémologique. Or Thomas d’Aquin a pris soin de préciser la place des différents savoirs dans les deux prologues au Commentaire de l’Éthique et au Commentaire de la Métaphysique, deux analyses que je me propose de suivre ici, en les illustrant par quelques emprunts au De regno...

  • Page de début: 179
  • Page de fin: 196
  • Catégorie: Article
Lu 1429 fois
PUTALLAZ François-Xavier

François-Xavier Putallaz enseigne la philosophie à l’Université de Fribourg et à Sion. Professeur invité aux Universités de Genève, Lausanne et à l’EPHE de Paris. Directeur de collection aux éditions du Cerf à Paris et à Academic Press Fribourg. Parmi ses ouvrages: Le sens de la réflexion chez Thomas d’Aquin, Paris, Vrin, 1991; La connaissance de soi au XIIIe siècle. De Matthieu d’Aquasparta à Thierry de Freiberg, Paris, Vrin, 1991; Insolente liberté. Controverses et condamnations au XIIIe siècle, Paris-Fribourg, 1995; Figures franciscaines. De Bonaventure à Duns Scot, Paris, Cerf, 1997; (avec Michel Salamolard): Le sens de l’homme, au coeur de la bioéthique, Saint-Augustin, Saint-Maurice, 2006; (avec Bernard Schumacher): L’humain et la personne, Paris, Cerf, 2008.

Plus dans cette catégorie : Recensions t. 114 -- n° 2 »
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.