Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
mardi, 20 novembre 2018 23:19

Deux explications concurrentes de l’unité des substances chez Thomas d’Aquin

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé: L’article tente de résoudre une tension apparente entre deux thèses soutenues par saint Thomas à propos des individus concrets : d’une part, l’être est convertible avec l’un et l’unité métaphysique de tout être n’a pas à être expliquée davantage ; d’autre part l’unité physique des substances matérielles s’explique par les quantités indéterminées préconçues dans la matière. À partir de cette opposition entre deux types d’unification, l’exposé tente de dégager, dans la pensée même de Thomas, un sens concret propre à l’unité substantielle matérielle.
  • Extrait: Comment saisir les individus dans leur réalité concrète ? Le problème fondamental de l’aristotélisme est qu’il entend proposer une ontologie à prétention réaliste, rendant compte au mieux de l’expérience du monde, et suppose ainsi que le réel autour de nous se compose d’abord de substances individuelles, sans pour autant parvenir à définir ces substances autrement que négativement. L’hylémorphisme aborde en effet l’individuation en un mouvement logique allant de la forme spécifique vers la substance matérielle concrète, et conçoit ainsi logiquement la matérialisation de la substance première comme une perte de détermination. Exemplaire de cette pensée négative et abstraite de l’individuel est la thèse soutenue par Henri de Gand, selon laquelle l’individuel serait du spécifique rendu imparfait par une double privation : l’individuel souffrirait en effet tout à la fois d’une privatio divisionis in se, d’une « privation de divisibilité en soi », au sens où il serait incapable, contrairement à l’espèce, de se diviser en éléments homogènes assez semblables au tout pour porter le même nom que lui, et d’une privatio identitatis ad aliud, une « privation de l’identité à un autre », au sens où rien dans l’individuel ne pourrait être individuellement identique à autre chose, puisque les individus ne se divisent pas et n’ont dès lors rien de commun. Certes, Duns Scot critique précisément une telle conception négative des substances individuelles et lui substitue une explication positive de l’individuation : pour Scot en effet les individus se trouvent, à la différence de toute entité universelle ou commune, dotés d’une réalité ultime à laquelle les commentateurs ont pris l’habitude de donner le nom d’« heccéité » ; cependant, il nous est impossible, selon Scot, de connaître plus avant cette réalité ultime car nous ne pouvons avoir, à cause de notre condition terrestre, une connaissance intellectuelle de la substance matérielle en tant qu’individualité.
  • Page de début: 249
  • Page de fin: 272
  • Catégorie: Article
Lu 38 fois
RABACHOU Julien

Julien Rabachou est ancien élève de l’École Normale supérieure, agrégé de philosophie, docteur. Il est notamment chargé de cours à l’Institut catholique de Paris. Ses dernières publications sont : L’individu reconstitué (Paris, Vrin, 2017) et Qu’est-ce qu’un monde ? (Paris, Vrin, 2016).

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.