Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > Autour de la revue > La collection BRT > La section "ETUDES" > L'étonnante manifestation des personnes divines - Les appropriations trinitaires chez saint Thomas
lundi, 04 décembre 2017 22:29

La rénovation de la théologie morale catholique à l’époque préconciliaire

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Parmi les moralistes français qui ont œuvré au renouveau de la théologie morale catholique au XXe siècle se distingue la figure du dominicain Jean Tonneau (1903-1991), qui a enseigné la IIa pars pendant plus de trois décennies au couvent du Saulchoir. Une relecture attentive de la contribution de Jean Tonneau aux débats sur la nature et les méthodes de la théologie morale permet de discerner les grands traits auxquels individualiser une sensibilité doctrinale et épistémologique propre aux moralistes du Saulchoir et dont l’illustration la plus convaincante a sans doute été la Théologie morale (1953) de l’Initiation théologique des éditions du Cerf. Pour le P. Tonneau, de resserrer les liens indûment distendus entre dogme et morale et de réintégrer la spiritualité dans le domaine d’études des moralistes passaient forcément par la relégation définitive des morales du probable et de l’obligation.

  • Extrait:

    Après plusieurs siècles de relative stabilité, la théologie morale catholique a connu d’intenses réaménagements à l’époque contemporaine. À l’instar de leurs collègues allemands, les moralistes français ont assez tôt manifesté leur présence dans un débat où ils considéraient, à juste titre, qu’il en allait du statut scientifique de leur discipline. Du concert des théologiens qui font entendre leurs voix dans la discussion se signalent en particulier les thomistes, et notamment, en France, le dominicain Thomas Deman (1899-1954), qui, dans un article publié en 1934 par la Revue des sciences philosophiques et théologiques et intitulé « Sur l’organisation du savoir moral », défend la sphère de compétence des théologiens moralistes contre les tentatives d’empiétement  de  la philosophie morale  — récemment illustrées par le philosophe Jacques Maritain (1882-1973), néo-thomiste illustre, dans Distinguer pour unir ou les degrés du savoir (1932) — et dont le copieux article « Probabilisme » publié en 1935 dans le Dictionnaire de théologie catholique réaffirme les intransigeantes  positions  antiprobabilistes  des  disciples  de  l’école  de saint Thomas contre la doctrine morale à quoi la Compagnie de Jésus s’était ralliée depuis plusieurs siècles.

  • Page de début: 383
  • Page de fin: 419
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: Thomisme et antiprobabilisme selon le dominicain Jean Tonneau (1903-1991), moraliste du Saulchoir
Lu 25 fois
Sylvio Hermann De Franceschi

Né en 1972, ancien élève de l’École nationale des chartes, agrégé et docteur habilité à diriger des recherches en histoire moderne, ancien membre de l’École française  de  Rome,  Sylvio Hermann De Franceschi est directeur d’études à la Ve section (Sciences religieuses) de l’École Pratique des Hautes Études (PSL Research University) et directeur du Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584). Il a notamment publié La Crise théologico-politique du premier âge baroque. Antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627) (Rome, 2009) ; La Puissance et la Gloire. L’orthodoxie thomiste au péril du jansénisme (1663-1724) : le zénith français de la querelle de la grâce (Paris, Nolin, 2011) ;et Les Intermittences du temps. Lire Alphonse Dupront (Paris, Editions de l'EHESS, 2014).

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.