Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 1905 - Tome XIII > Les articles > La crédibilité - Deuxième partie: Les problèmes
samedi, 18 novembre 2017 17:19

Jacques Maritain, l'Espagne et la guerre sainte

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Cet article s’intéresse à la position adoptée par Jacques Maritain face à ceux qui, durant la guerre civile espagnole, affirmaient que les nationalistes  menaient  une  « guerre  sainte »  pour  défendre  le  catholicisme  en Espagne. La critique qu’il faisait de cette idée selon laquelle il s’agissait d’une guerre sainte s’articulait en deux parties. D’une part, il expliquait comment les méthodes violentes utilisées par les nationalistes étaient totalement à l’opposé d’actions que l’on pourrait qualifier de « sacrées » — de fait, parler d’une « guerre sainte » dans ce contexte était un oxymore inacceptable —, d’autre part, en se plaçant dans la perspective d’une philosophie de l’histoire, Maritain déclarait que, si l’idée de guerre sainte pouvait avoir eu un fondement dans la conception « sacrale » du temporel qui prévalait au Moyen Âge en Europe, et dans la conception « séculaire » du temporel caractéristique de la modernité européenne, cette idée n’avait plus aucun fondement aujourd’hui. C’est pourquoi, parler de « guerre sainte » dans le contexte espagnol des années 1930 se  révélait  être  un  dangereux  anachronisme  qui  devait  donc  être  considéré comme dénué de fondement dans un discours chrétien.

  • Extrait:

    Cela fera bientôt quatre-vingts ans que débuta la guerre civile espagnole, en juillet 1936. Exceptions faites des Espagnols et des historiens de la période, elle est aujourd’hui largement oubliée. Pourtant ce conflit, au cours duquel  500 000  personnes environ trouvèrent  la mort et à peu près le même nombre durent quitter leur lieu d’habitation, mérite à tous égards notre attention. Cette guerre fut la dernière dans laquelle les catholiques s’engagèrent activement et en masse pour des raisons religieuses. Ils comptaient dans leurs rangs non seulement les chefs de l’insurrection militaire, mais aussi les membres bien établis de la hiérarchie ecclésiastique, qui promouvaient l’idée que les rebelles nationalistes menaient une « guerre sainte ».

  • Page de début: 215
  • Page de fin: 233
  • Catégorie: Article
Lu 561 fois
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.