Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 1992 - Tome XCII > 1992- Fascicule n°1 - Labourdette
vendredi, 17 novembre 2017 23:50

Jacques Maritain et le mystère d'Israël

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Cette étude aborde la réflexion de Jacques Maritain sur Israël du point de vue de son fondement théologique. Elle en retient principalement l’axe central, la contribution de Maritain à une intelligence plus profonde du « mystère » énoncé par saint Paul dans les chapitres 9-11 de l’Épître aux Romains, en particulier Rm 11, 25-32.

  • Extrait:

    Quand on s’interroge sur l’apport de Jacques Maritain à la théologie — ou sur la dimension théologique de l’œuvre de Maritain — on ne peut pas ne pas parler de sa longue méditation sur « le mystère d’Israël », sous-jacente à son intrépide combat contre l’antisémitisme. Par son sujet, cette méditation est liée à l’histoire et à la philosophie de l’histoire, mais sa portée transcende les contingences de l’histoire et ne s’éclaire en définitive que dans la perspective de l’histoire du salut et des desseins divins. À la fin de sa vie, dans une lettre à André Neher à propos de son livre Dans tes portes Jérusalem, Maritain confie que ce livre rejoint la « méditation sur les voies de Dieu qui ne cessent d’occuper mon pauvre esprit  ».
    Il sera donc moins question, dans ces quelques notes, du long combat  de  J. Maritain  contre  l’antisémitisme  et  de  sa  lucidité  devant  la Shoah, que de leurs fondements théologiques. À cet égard, il est sans doute significatif que le titre de la conférence de 1937 au Théâtre des Ambassadeurs, « L’impossible antisémitisme », devienne « Le mystère d’Israël » lorsqu’il est repris l’année suivante (1938) dans Questions de conscience. C’est le même sujet qui est désigné, là du point de vue de la conséquence, ici du point de vue de ce qui en est la raison théologique. Le combat de Maritain contre l’antisémitisme est le fait d’un chrétien, il s’ancre dans une vision théologique d’Israël dégagée peu à peu pour elle-même. Ce qui peut paraître aujourd’hui une perspective évidente — est-ce d’ailleurs bien sûr ? — n’allait pas de soi dans les années 1930, même parmi les chrétiens, même dans les textes issus du magistère de l’Église.

  • Page de début: 179
  • Page de fin: 196
  • Catégorie: Article
Lu 500 fois
CAGIN Michel

Michel Cagin, né en 1954, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de Lettres, moine à Solesmes, collabore à la revue Nova et Vetera et à la Revue thomiste. Sa dernière publication est : Paul Claudel – Charles Journet, Entre poésie et théologie (Genève, Ad Solem, 2006).

Plus dans cette catégorie : Maritain et saint Paul »
€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.