Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2016 - Tome CXVI > 2016 - Fascicule n°1 > Les articles > Thomas d’Aquin, Maritain, Journet et la théologie de la purification au purgatoire. Quelques conclusions en théologie catholique
jeudi, 07 juillet 2016 15:52

La perfection de la nature : la doctrine de saint Thomas d’Aquin sur la résurrection du corps, sa réception et son développement

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Saint Thomas affirme que l’âme séparée du saint atteint immédiatement la vision de Dieu, et ainsi la béatitude parfaite. Le fait qu’une âme sans corps puisse atteindre à une telle perfection peut sembler réduire la résurrection des corps à un rôle purement superflu. En effet, les expressions de certains commentateurs  de  l’Aquinate  concernant  la  résurrection  ont  eu  tendance  à sous­évaluer son importance pour la perfection humaine. Cependant, l’anthro­pologie de Thomas et l’enseignement de sa maturité sur la béatitude parfaite maintiennent  de  -manière  appropriée  une  hésitation  nuancée  concernant  la perfection humaine de l’âme séparée. Pour le Docteur commun, l’âme dans la béatitude peut pleinement voir l’objet de la béatitude (Dieu), mais le sujet de la béatitude (l’âme séparée) n’est pas complet sans le corps. De ce point de vue, le corps est essentiel à l’homme dans la béatitude. De plus, pour l’Aquinate, l’uni­cité de la forme humaine implique que l’âme séparée est encore ordonnée au corps — orientée vers son état ressuscité à venir. Et la conception qu’a Thomas de l’intellect humain comme naturellement adapté à sa nature corporelle sug­gère que, jusqu’à ce qu’elle puisse fonctionner de manière naturelle, la pleine expression de la béatitude humaine doit attendre la résurrection au dernier jour.

  • Extrait:

    Un principe directeur de l’anthropologie philosophique et théo­logique de saint Thomas d’Aquin est son emploi du concept de béatitude en tant que fin dernière de l’homme. Sa place tout au début de la Prima Secundae de la Somme théologique le prouve assez clairement. Il est également très clair que Thomas soutient que seule la vision de Dieu constitue la béatitude parfaite, et que cette vision ne sera atteinte qu’après la mort et seulement par les justes.Or, depuis le  milieu du siècle dernier, de  nombreux débats ont porté sur la manière dont Thomas d’Aquin a enseigné qu’il existe dans l’homme un désir naturel de cette vision, ce qui ne nous concerne pas directement ici. Cependant, nous nous intéresserons à un autre aspect de la pensée de Thomas d’Aquin, qui est lié à la béatitude finale surna ­turelle : l’évolution dans son enseignement sur la manière dont le corps ressuscité ajoute quelque chose à la béatitude des âmes des saints. Notre tâche n’est pas d’identifier les différentes positions reçues dans l’École sur cette question. Nous prenons pour acquis que la pensée de saint Thomas a effectivement subi un changement, et que sa position la plus aboutie, exprimée dans la Summa theologiae, est que le corps ressus­cité augmentera la béatitude de l’âme d’une manière extensive et non pas intensive, par opposition à sa première position (exprimée dans le Scriptum super Sententiis et dans les Quaestiones disputatae De potentia), selon  laquelle  il  affirme (ou sous ­entend) que  la  résurrection du corps d’un saint entraînera pour l’âme une augmentation de l’intensité de la béatitude. Qui plus est, nous partirons de l’idée communément reçue que sa dernière position dans la Somme de théologie est plus cohé­rente avec le reste de son enseignement.

  • Page de début: 57
  • Page de fin: 70
  • Catégorie: Article
Lu 898 fois
Bryan Kromholtz, o.p.

Le fr. Bryan Kromholtz, o.p., docteur en théologie, est Professeur assistant à la Dominican School of Philosophy & Theology à Berkeley et membre de la faculté doctorale de la Graduate Theological Union. Il est l’auteur de On the Last Day, The Time of the Resurrection of the Dead according to Thomas Aquinas (Academic Press Fribourg, 2010). Régent d’études de la province du Très-Saint-Nom de Jésus (Californie), il est membre de la Commission Permanente pour la Promotion des études.

Articles récents de Bryan Kromholtz, o.p.

€0.00
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.