Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2016 - Tome CXVI > 2016 - Fascicule n°1 > Les articles > Thomas d’Aquin, Maritain, Journet et la théologie de la purification au purgatoire. Quelques conclusions en théologie catholique
jeudi, 07 juillet 2016 15:17

Questions disputées sur l’essence et les fins du mariage selon Thomas d’Aquin

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Dans un article consacré à la doctrine de saint Thomas d’Aquin sur les fins du mariage, le dominicain italien A. Oliva a tenté de montrer que, pour le Docteur commun, la procréation ne serait que la fin éloignée et extrinsèque du mariage, alors que l’amour mutuel entre les conjoints en serait la fin propre, intrinsèque et principale. Une étude attentive des textes de saint Thomas ne permet pas de  corroborer une telle interprétation, qu’aucun  commentateur, ancien ou moderne n’a jamais relevée, qui contredit au contraire son enseignement le plus clair et constant et qui repose surtout sur un certain nombre de graves contradictions métaphysiques, en particulier concernant la distinction entre perfection première et perfection seconde.

  • Extrait:

    Dans un article copieux, érudit et stimulant, Adriano Oliva, dominicain de la province romaine et Président de la Commission léonine, propose une interprétation originale et subtile de la pensée de Thomas d’Aquin sur l’essence et les fins du mariage. Cet exposé, qu’il décrit lui-même comme une « réflexion renouvelée sur quelques aspects du mariage selon Thomas d’Aquin », repose sur l’application au cas du mariage de la distinction métaphysique entre deux ordres de fins : d’une part l’ordre de la fin propre, intrinsèque, essentielle et prochaine, d’autre part celui de la fin conséquente, extrinsèque ou éloignée. La fin propre d’une chose, « résultant de sa forme », « relève de son essence » et lui est essentielle ; elle est « inhérente à la res » dont elle est la
    fin et « impliquée nécessairement par [elle] ». La chose ne peut pas être sans cette fin. La fin conséquente ou extrinsèque, par contre, ne relève pas de l’essence de la chose et lui est extérieure ; elle relève de l’agir qui découle de cette essence et par lequel la chose peut, « de manière non nécessaire », contribuer à l’obtention de sa fin propre. La fin éloignée n’est pas « nécessaire à l’actuation de la fin propre et prochaine » de la chose.

    Adriano Oliva met en œuvre cette distinction pour expliquer la pensée de Thomas d’Aquin concernant les fins du mariage. La fin propre du mariage ne serait autre que ce qui constitue sa forme essentielle, à savoir, « la communion de vie entre les époux et l’amitié parfaite », ou encore, selon des mots empruntés à Thomas d’Aquin, « l’union indivisible des esprits et des cœurs ». La fin extrinsèque ou éloignée, elle, s’étendrait aux actes qui découlent de façon non nécessaire de cette communion de vie et ne dépendent pas de son essence, à savoir la procréation et l’éducation des enfants, ainsi que l’entraide que les conjoints se doivent, en particulier en vue du bien des enfants.

  • Page de début: 573
  • Page de fin: 616
  • Catégorie: Article
Lu 761 fois
Henry Donneaud, o.p.

Le fr. Henry Donneaud, dominicain, né en 1960, régent des études de la province dominicaine deToulouse, est professeur de théologie fondamentale à la faculté de théologie de l’Institut catholique de Toulouse et à l’Institut Saint-Thomas-d’Aquin. Il enseigne également au Centre intercongrégation de formation religieuse (CIFOR) de Port-au-Prince. Il est assistant apostolique de la Communauté des Béatitudes.

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.