Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > Autour de la revue > La collection BRT > La section "ETUDES" > L'étonnante manifestation des personnes divines - Les appropriations trinitaires chez saint Thomas
jeudi, 07 juillet 2016 15:07

Le passage de la mort et l’option pour Dieu

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Cet article traite de la théorie de l’option finale dans la mort telle qu’elle est développée par Palémon Glorieux et Ladislas Boros. Après avoir présenté les principes essentiels qui ont conduit à l’élaboration de ladite théorie ainsi qu’aux développements actuels qui en découlent, l’auteur cherche à démontrer  que  la  théorie ne rend justice ni à une saine anthropologie thomisteni au dogme révélé. S’efforcer d’imaginer une option pour Dieu, grâce à l’intensité d’un « moment de la mort » qui serait à la fois in statu viae et in statu termini, malgré toute son ingéniosité, est non seulement voué à l’échec mais aussi présente le sérieux inconvénient d’amoindrir l’appel évangélique à la conversion et au devoir de veiller dans l’attente du Fils de l’Homme.

  • Extrait:

    Il n’est pas rare de nos jours d’entendre parler de la mort comme d’un moment de rencontre avec le Christ. Traditionnellement, cette rencontre est présentée comme une comparution devant le Christ-juge dans le contexte du jugement particulier. Cependant, aujourd’hui, on la présente parfois comme un moment d’illumination et de réévaluation de sa vie en vue de prendre une option ultime en faveur de Dieu. Des modèles variés d’une telle hypothèse sont proposés, mais tous éprouvent une difficulté à expliquer quand aurait lieu une telle rencontre. Pour les uns, elle aurait lieu entre la mort clinique et la mort réelle, donc en
    réalité avant la mort ; pour d’autres, elle serait possible en un « moment d’intensité » qui ne serait ni avant, ni après, mais dans la mort ; enfin, certains pensent qu’elle se passerait dans l’au-delà, après la mort.

    Nous estimons que la première solution, même si elle mérite considération, est un domaine fermé à toute investigation rationnelle. Pour la deuxième, nous nous efforçons dans ces pages de démontrer que l’expression dans la mort signifie ni plus ni moins que : après la mort. Quant à la troisième — et donc à la deuxième aussi —, nous voulons montrer qu’elle se trouve en défaut par rapport à l’enseignement de l’Église sur la mort comme fin du status viae, et sur le jugement particulier qui advient in morte.

  • Page de début: 531
  • Page de fin: 554
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: Critique d’une hypothèse
Lu 658 fois
Pius Mary Noonan, o.s.b.

Le frère Pius Mary Noonan est moine à l'abbaye Saint-Joseph de Clairval à Flavigny-sur-Ozerain, où il enseigne la théologie morale et exerce la charge de préfet des études. Il dirige également, surtout dans les pays anglophones, des retraites basées sur les exercices spirituels de saint Ignace. Publication : L’option finale dans la mort : Réalité ou mythe ? (Téqui, 2016).

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.