Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
You are here:Accueil > La revue thomiste > Les publications périodiques > 2016 - Tome CXVI > 2016 - Fascicule n°1 > Les articles > L’eschatologie dans les commentaires thomasiens des épîtres pauliniennes
jeudi, 31 décembre 2015 13:00

Les apports de Jacques Maritain à la théologie dans l’unité de leur inspiration

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Même si Maritain est connu avant tout comme philosophe et s’il s’est seulement considéré lui-même comme un « philosophe chrétien », l’histoire de l’Église au XXe siècle montre que, par sa foi toujours en quête d’intelligence, il a apporté d’importantes contributions à la théologie dans bien des domaines : de la théologie du politique à la théologie du mystère d’Israël. Cet article les présente dans l’unité de leur inspiration qui consiste en un souci d’articuler leur spécification objective avec l’exercice du sujet qui en vit dans son devenir libre et historique.

  • Extrait:

    Comme les titres des conférences de ce colloque le montrent, les apports de Jacques Maritain à la théologie ont été multiples, car il s’est intéressé à de nombreux domaines de l’intelligence de la foi et y a apporté des contributions notables. Je voudrais m’attacher ici tout d’abord à dégager le fil conducteur des recherches de Maritain dans le domaine théologique. Ce philosophe chrétien a été avant tout un grand vivant et un très grand croyant. On est frappé avant tout par l’intensité de la vitalité, et même de la passion, avec laquelle Maritain s’est toujours engagé dans tout ce qui concernait la foi et la vie avec Dieu. À partir du moment où, converti avec sa femme Raïssa, ils ont donné leur vie à Dieu, ils ont été littéralement happés par la vie de la foi. C’est le dynamisme de la foi qui est le moteur de l’intérêt de Maritain pour de grandes questions théologiques. Cela nous rappelle, s’il en était besoin, que la théologie dépend totalement de la foi, qu’elle s’efforce de comprendre par l’intelligence. La foi de Maritain était très intense et, autant qu’on puisse le dire, c’était une foi formée, c’est-à-dire une foi finalisée et mue par cet amour surnaturel de Dieu qu’est la charité. À cause de cela, une telle foi ne se contente pas de ce que l’on peut énoncer sur Dieu et ses mystères de la manière la moins imparfaite, mais elle tend vers la réalité même du Dieu vivant.

  • Page de début: 7
  • Page de fin: 19
  • Catégorie: Article
Lu 606 fois
Jean-Miguel Garrigues o.p.

Le fr. Jean-Miguel Garrigues est dominicain du couvent de Toulouse. Après une thèse sur Maxime le Confesseur, parue en 1976, il a publié de nombreux livres de théologie.Il enseigne la théologie au Studium des dominicains à Toulouse et dans plusieurs centres de formation religieuse et sacerdotale.

€8.17
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.