Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
dimanche, 31 décembre 2000 13:00

La disjonction de la personne et de la conscience dans la croissance surnaturelle

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Informations supplémentaires

  • Résumé:

    Il est normal de conjoindre l’idée de personne et celle de conscience au plan naturel de l’existence humaine comme au plan surnaturel de l’accomplissement dans la gloire. En revanche, selon la condition des hommes in via sous la loi de grâce, il semble qu’il faille les disjoindre, la conscience se trouvant en quelque manière subvertie par le don de la foi qui édifie la personnalité intégrale. L’option thomasienne en faveur de la vision bienheureuse du Christ nous indique la cause exemplaire de cette disjonction dans la coexistence mystérieuse en l’âme de Jésus, simul viator et comprehensor, de la vision de Dieu et des horreurs de la Passion. On en tire alors une conséquence dans l’ordre de la sociabilité ecclésiale, où l’intersubjectivité des consciences, sans jamais se périmer, devra s’augmenter d’une sorte d’interobjectivité des personnes saintes, ce que la Tradition a nommé la communio sanctorum.

  • Extrait:

    L’hypothèse d’anthropologie dont nous ébauchons la défense prend son origine dans une question soulevée à l’occasion de nos travaux sur le prochain chez saint Thomas d’Aquin. Comme nous avons essayé de montrer que le prochain était formellement une tierce personne, on n’a pas manqué de vouloir y reconnaître les thèmes estimés plus modernes de la réciprocité des consciences, et encore de l’intersubjectivité. Nous n’avons pas eu de peine à répondre aussitôt que l’approche médiévale de la personne, telle que nous l’avions rencontrée dans saint Thomas, faisait d’elle, à cause de l’objectivité de la croissance surnaturelle, un être nouveau au moins autant qu’une conscience nouvelle, une réalité d’existence où la mutation réelle s’adresse davantage à la foi pour être crue qu’à la sensibilité du sujet pour être éprouvée. Nous pouvons maintenant formuler plus systématiquement notre hypothèse, à coup sûr paradoxale et surtout dans le climat du catholicisme contemporain : nous osons donc suggérer l’idée que, dans l’ordre surnaturel, la personnalité s’accomplit d’autant plus certainement qu’elle est disjointe ou qu’elle se laisse disjoindre de la conscience du sujet.

  • Page de début: 46
  • Page de fin: 61
  • Catégorie: Article
  • Sous-titre: Recherches sur l’idée chrétienne de personne
Lu 701 fois
VALLIN Philippe

Le Père Philippe Vallin, oratorien de saint Philippe Néri, né en 1956, est ancien élève de l’École Normale Supérieure et docteur en théologie. Il enseigne ta théologie dogmatique au séminaire régional de Nancy. ll travaille actuellement au prolongement christologique de ses travaux sur le prochain pour un second livre qui s'intitulerait : Le Christ comme prochain dans la théologie de la Rédemption chez saint Thomas d'Aquin.

€5.11
(TTC - TVA à 2.1%)

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.