Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Troisième session

Du 01 Février 2021 09:00 jusqu'au 05 Février 2021 15:00
Posté par Marie-Hélène FERRE
Catégories: Sessions ISTA
Visites: 932
  • Fr. Serge-Thomas Bonino: La simplicité de Dieu selon saint Thomas d’Aquin

La simplicité, c’est-à-dire l’absence de toute composition métaphysique, en Dieu, Acte pur et être même subsistant, est dans la Summa theologiae (Ia, q. 3) la perfection clé qui ouvre et gouverne l’ensemble de la réflexion de saint Thomas sur le mystère même de la substance divine commune aux trois personnes de la Trinité. En prenant appui sur l’étude systématique de la q. 3, on verra comment la doctrine de saint Thomas sur la simplicité s’enracine dans la Tradition chrétienne, met en œuvre les thèses métaphysiques les plus originales de l’Aquinate, gouverne les modalités du discours sur Dieu et est en mesure de se justifier au regard des critiques que lui adressent certaines théologies contemporaines.

  • Sr. Marie de l’Assomption : Nature et grâce chez Thomas d’Aquin

La question des relations entre la nature et la grâce est au cœur de la théologie de saint Thomas d’Aquin, mais elle a subi d’importantes modifications au sein de l’École thomiste, dénoncées par Lubac avec la publication de Surnaturel en 1946, qui déclencha la célèbre controverse du même nom. Il s’agit de reprendre les points clés de ce débat en montrant que, selon la pensée thomasienne authentique, 1° la capacité naturelle à la grâce de l’homme n’est pas une puissance obédientielle ; 2° il y a un appétit naturel et inné de l’intellect pour cette vision ; 3° par conséquent, aucune autre fin ultime ou béatitude n’est envisageable en dehors de la vision de l’essence divine ; 4° celle-ci reste cependant gratuite du fait qu’elle est inaccessible aux facultés naturelles. On peut ainsi mesurer l’originalité de l’anthropologie de l’Aquinate qui donne à la nature une consistance qu’elle n’avait pas chez Augustin, mais n’intègre Aristote qu’en le réinterprétant de manière radicale à la lumière de la Révélation.