Revue doctrinale de théologie et philosophie
Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Deuxième session

Du 05 Décembre 2016 10:00 jusqu'au 09 Décembre 2016 17:00
Catégories: Sessions ISTA
Visites: 1373

Fr. Philippe-Marie Margelidon: La substance, l’essence, la subsistance et la personne : Métaphysique et christologie

La christologie thomasienne met en œuvre une métaphysique de la personne et de la nature qui se déploie dans la notion d’union selon la personne, ou d’union selon la subsistence, ou encore et plus couramment d’union hypostatique. Cette session propose, à partir d’une lecture commentée des cinq articles du De unione Verbi incarnati, d’en dégager les articulations majeures, de mettre en lumière le modèle thomasien de l’interpénétration de la métaphysique et de la christologie, d’en vérifier les fondements et les implications sotériologiques.
Chaque étudiant disposera, avant le commencement du séminaire, du texte latin-français ou latin-anglais. Il est conseillé d’avoir avec soi le texte de la Summa theologiae, IIIa , q. 1-6.
 
 
- P. Jean-Rémy Lanavère : Providence, loi naturelle et prudence politique
 
Quand il est encore fait mention de la loi naturelle dans les réflexions juridiques et morales actuelles, la version de la doctrine de la loi naturelle ainsi convoquée est souvent une version qui fait l’économie de sa dimension théologique comme de sa dimension politique : la loi naturelle est souvent perçue comme la loi morale d’un individu, abstraction faite de son rapport à Dieu comme de son rapport à l’ensemble politique auquel il est rattaché.
La force de la doctrine thomasienne de la loi naturelle, par contraste, est de l’insérer à la fois dans le contexte de la providence divine, puisque la loi naturelle est caractérisée par Thomas comme participation à la loi éternelle (ST, I-II, q. 91, a. 2), et dans le contexte d’une anthropologie et d’une éthique politique qui accordent à la prudence politique une importance de premier plan. Présenter ainsi la loi naturelle, située entre la providence divine et la prudence politique, permet donc de retrouver à la fois la pleine intelligibilité de la doctrine thomasienne de la loi naturelle, mais aussi d’éclairer certains enjeux entourant ses usages actuels dans notre monde inséparablement sécularisé et dépolitisé.