Revue doctrinale de théologie et philosophie
Log in Register

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me
You are here:Accueil > Les publications périodiques > GY Pierre-Marie
Friday, 31 December 2010 13:00

Vocabulaire et notions à Vatican II et dans le magistère postérieur

Written by
Rate this item
(0 votes)

Additional Info

  • Abstract:

    Purposely breaking from preceding councils, the Second Vatican Council’s mode of expression is mostly descriptive and “pastoral.” Yet whenever the conciliar debates faced the necessity of formulating precise determinations capable of achieving unanimity and of avoiding the risk of being ambiguous, a marked “rupture in style” can be perceived. This is caused by the recourse to a “technical” language which comes forth from scholasticism and which expresses the essential notions of scholasticism. The present study considers several instances before focusing on the failure of this “method” in the question of the “subsistit in” of Lumen gentium, n° 8. The phenomenon of these varying literary styles and dictions allows to uncover and highlight two hermeneutical principles that were present at Vatican II : that of continuity and that of reform.

  • Extract:

    Le mode d’expression de Vatican II présente une originalité certaine quand on le compare aux conciles qui l’ont précédé (Florence, Trente, Vatican I). Lors de ces conciles, les Pères, tout en proclamant leur intention de demeurer au-dessus des querelles d’École, ont manifestement emprunté à la scolastique, principalement thomiste, les notions essentielles à l’expression de leur enseignement. Nul ne peut saisir la doctrine de Trente sur la justification s’il ne connaît pas la doctrine de saint Thomas sur la grâce sanctifiante. On dira de même pour la constitution Dei Filius de Vatican I en ce qui concerne la conception de la foi, de la révélation et de leur relation avec la raison. Vatican II apparaît comme beaucoup plus éclectique. Pour certains commentateurs, ces textes composites résultent des nécessaires concessions que la majorité a dû faire pour rallier la minorité. Nous pensons que l’observation peut être vérifiée au plan du phénomène, et qu’en un sens elle illustre bien la dialectique conciliaire classique qui conduit, par des compromis au meilleur sens du terme, à des textes votés par la quasi-unanimité des Pères. Mais il serait abusif de voir dans cette dialectique un affrontement.

  • Page number (beginning): 245
  • Page number (end): 274
  • Category: Article
Read 1189 times
LA SOUJEOLE Benoît-Dominique (de)

Le fr. Benoît-Dominique de La  Soujeole, né en 1955, de  la  Province  dominicaine  de Toulouse,  est  professeur  de  théologie  dogmatique (Église et sacrements) à l’Université de Fribourg (Suisse). Son domaine d’enseignement et de recherche est la sacramentalité du salut. Il a publié notamment une Introduction au mystère de l’Église, Parole et Silence, 2006.

€5.11
(Incl. 2.1% tax)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.