Revue doctrinale de théologie et philosophie
Log in Register

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me
You are here:Accueil > Les publications périodiques > KRUIJEN Christophe J.
Wednesday, 31 December 2014 13:00

Enjeu et portée du commentaire sur le traité des lois de Thomas d'Aquin par Francisco de Vitoria

Written by
Rate this item
(0 votes)
Enjeu et portée du commentaire sur le traité des lois de Thomas d'Aquin par Francisco de VitoriaArticle écrit en l'année 2014 par G. Demelemestre dans la Revue thomiste n° CXIV, pages 417-454.

Additional Info

  • Abstract:

    The present article studies the terms of the very cutting debate of the 16th century about the nature and function of the law. It begins owing to the quasi systematic and more and more recurrent omnipresence of the reference to the will when the legislative norm is defined. However, the sovereign act, essentially decisionnist, obscured an other meaning of the law, who has been progressively occulted, namely its capacity to order the temporal reality. After recalling the different inflections occurred in the definition of the law after its formalization by Thomas Aquinas as scheduling and binding strength power, it is proposed to clarify the issues raised by this debate. We’ll use therein a major text of Francisco de Vitoria, the De lege, which allows to make very careful account of the various arguments of either side to defend the sovereign voluntarism or to pay more attention to the creative power of law.

  • Extract:

    La modernité s’ouvre avec une profonde transformation des différents outils conceptuels utilisés jusqu’alors pour traduire le rapport de l’homme à ses semblables et au monde qui l’entoure. La notion de loi fait partie des notions qui allaient subir une grande inflexion. Dans la lignée de l’esprit thomasien, la loi avait pour fonction essentielle de restaurer entre les choses les rapports que la contingence du réel leur avait fait perdre. Elle avait certes aussi la fonction de sanctionner, mais sa vertu première était d’ordonner les parties de la société humaine. Le courant nominaliste avait très tôt questionné la capacité de la loi à renvoyer à une signification plus fondamentale du réel que ce que pourrait en comprendre l’homme. En faisant primer la volonté sur l’intellect pour traduire l’essence de la loi, il la faisait progresser vers le sens que la modernité lui retiendra, à savoir d’être le signe d’une volonté qui s’impose parce que voulue comme telle par celui qui détient le pouvoir de légiférer.

  • Page number (beginning): 417
  • Page number (end): 454
  • Category: Article
Read 1389 times
DEMELEMESTRE Gaëlle

Professeur agrégé et docteur en philosophie, Gaëlle Demelemestre est chercheur associé à l'IHPC (CNRS/ENS). Elle est notamment l'auteur des Deux souverainetés et leur destin, Le tournant Bodin-Althusius (Paris, Cerf, 2011) et de Introduction à la Politica methodice digesta de Johannes Althusius, Extraits traduits et commentés (Cerf 2012).

€5.11
(Incl. 2.1% tax)

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.