Revue doctrinale de théologie et philosophie
Log in Register

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Quatrième session

From 22 March 2021 09:00 until 26 March 2021 15:00
Posted by Marie-Hélène FERRE
Categories: Sessions ISTA
Hits: 1035
  • Fr. Henry Donneaud : Jalons pour une théologie de la vie consacrée

Depuis cinquante ans, stimulée par le propos de rénovation voulu par le Concile, la théologie de la vie consacrée a connu une riche effloraison, marquée par la multiplication des paradigmes proposés. Cela n’a pas été sans un éclatement des orientations, au point qu’une théologie un peu unifiée de la vie religieuse semble désormais impossible, hautement problématique, ou tout simplement indésirable. Il n’est pas jusqu’à certains textes du magistère qui semblent un peu tâtonner. Le chapitre VI de la constitution Lumen gentium offre pourtant une synthèse solide, équilibrée, et fort autorisée, dont on ne peut que regretter que les théologiens de la vie consacrée ou les pasteurs ne s’y réfèrent pas plus attentivement. Par mode d’un commentaire historico-doctrinal de ce texte conciliaire, le cours s’attachera à dégager les fondements pérennes, anciens et nouveaux à la fois, sur la base desquels il est possible d’édifier une théologie ouverte et unifiée de la vie consacrée.

  • Fr. Thierry-Marie Hamonic : Les sens internes chez saint Thomas

Les sens internes ont pour objet les actes des sens externes à partir desquels ils élaborent des re-présentations : les phantasmes. Dans l’anthropologie de Saint Thomas, le rôle des sens internes et de leurs phantasmes respectifs est considérable : le sensus communi rend les perceptions sensibles conscientes, l’imagination les conserve et peut les reproduire ou les combiner entre elles, la mémoire sensible – entre autre chose – dispose de l’étonnant pouvoir de rendre présentes les perceptions du passé en tant que passées. 

Mais le sens interne le plus mystérieux et le plus fascinant est la cogitative. Les activités que S. Thomas lui attribue sont multiples et complexes : elle joue un rôle décisif dans le processus de l’abstraction, elle est au principe de des mouvements passionnels des appétits sensibles, et elle s’avère indispensable dans la formation de tout jugement pratique… Or, pour S. Thomas la cogitative, à l’instar de toutes les puissances sensibles, est une faculté organique. A la suite d’Avicenne, il  lui assigne un siège dans une région du cerveau. Ceci nous conduira à réfléchir sur l’éclairage que les neurosciences peuvent apporter sur son mode de fonctionnement, et plus généralement sur l’enracinement neurophysiologique du psychisme humain.