Revue doctrinale de théologie et philosophie
Log in Register

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me
You are here:Accueil > La collection BRT > La section "ETUDES" > CABARET Dominique-Marie
MARIE DE L’ASSOMPTION

MARIE DE L’ASSOMPTION

Marie de l’Assomption O.P. (Émilie d’Arvieu), née en 1974, dominicaine du Saint-Esprit, Licence d’histoire (Paris-IV), Master de philosophie médiévale à l’École Pratique des Hautes Études (ÉPHÉ), est professeur de philosophie et de bioéthique en classes de première et de terminale à l’Institution Saint-Pie X à Saint-Cloud.

×Sorry, there is no translation available.Chez Thomas d’Aquin, la réflexion sur la personne est d’abord théologique, trinitaire et christologique. Quelle place reconnaître au corps dans la personne humaine ? Quand Thomas pense la personne humaine, il la situe justement dans le fait qu’elle est corporelle. Il n’y a de personne humaine que dans l’union de l’âme informant le corps qui lui est propre, à tel point que l’âme séparée, quoique subsistante, n’est pas une personne. Peut-on alors trouver une définition de la personne qui conviendrait à la fois à Dieu, aux anges et aux hommes, tout en respectant leur spécificité ? La réponse permet, par contraste, de montrer l’originalité du cas humain et d’en tirer les conséquences anthropologiques, du commencement de la vie humaine à son achèvement eschatologique : statut de l’embryon, différence sexuelle, rapports de l’homme et de la femme dans le mariage et dans l’éducation, conséquences politiques.